5 minutes 5 mois

Aujourd’hui, nous souhaitons aborder un thème profond qui apparaît comme un dilemme central dans le livre de Job. Job, un homme de foi, est confronté à des épreuves sévères et pose une question qui touche de nombreux croyants : pourquoi les gens souffrent-ils si Dieu est bon et aimant ? Dans les versets de Job 6:4–8 et 9:1–12, nous percevons le combat de Job avec cette question lancinante.
“L’Éternel m’a frappé de ses flèches, et elles ont pénétré jusqu’au fond de mon être. Le Tout-Puissant me frappe de terreur. Un âne sauvage brame-t-il quand il a de l’herbe, ou un bœuf mugit-il près de son fourrage ? Peut-on manger des aliments fades sans sel ? Peut-on savourer un blanc d’œuf sans sel ? Je n’ose pas les toucher, ils me donnent la nausée. » Oh, si seulement j’obtenais ce que je demande, si Dieu voulait exaucer ma supplication ! ” (Job 6:4-8)
Job ne remet pas en question l’existence de Dieu, mais plutôt la raison de sa propre souffrance. Cette question devient particulièrement complexe lorsqu’on considère que Job croit en un Dieu aimant. En revanche, un athée dans un monde sans Dieu pourrait voir la souffrance comme dénuée de sens, une conséquence de forces naturelles dures et indifférentes sans but supérieur.
Cependant, Job est confronté à un dilemme profond. Dans Job 10:8–12, ses pensées angoissantes se reflètent. Il pose la question douloureuse que beaucoup d’entre nous ont posée : pourquoi les gens souffrent-ils s’il y a un Dieu bon et aimant ? Pourquoi même ceux considérés comme “bons”, comme Job, connaissent-ils des souffrances et des épreuves apparemment dénuées de sens ?
Le dilemme réside dans le fait que Job et nous, en tant que croyants, n’avons pas l’option de rejeter la souffrance simplement comme une conséquence aléatoire d’un univers sans Dieu. Notre conviction en un Dieu aimant qui a tout créé nous met en conflit intérieur. Lutter avec cette question fait partie des défis existentiels de notre foi.
Lis Job 38:1–3 : Comment Dieu a-t-il répondu aux questions et doutes de Job ?
Dieu répond à Job du milieu d’une tempête, posant des questions qui mettent à l’épreuve la compréhension humaine de Job. Cette rencontre révèle qu’il y a souvent des choses au-delà de notre compréhension. Même si nous n’avons pas une réponse complète au “pourquoi” de la souffrance, nous pouvons avoir confiance que Dieu est plus grand que nos questions et que son amour et sa sagesse peuvent briller au cœur du dilemme.
Prions ensemble dans cette certitude et demandons à Dieu la sagesse alors que nous luttons avec les questions de la souffrance et de la foi en un Dieu aimant.
Dieu miséricordieux, aujourd’hui, nous avons réfléchi profondément sur le livre de Job et la question lancinante de la souffrance humaine. Job, un homme de foi, nous a montré que même ceux qui croient en un Dieu aimant luttent avec le dilemme de la souffrance.
Les versets de Job 6:4–8 et 9:1–12 reflètent le combat de Job avec cette question. Il ne remet pas en question l’existence de Dieu, mais la raison de sa propre souffrance. Nous sommes confrontés à un dilemme profond car notre conviction en un Dieu aimant nous confronte à la réalité apparemment dénuée de sens de la souffrance.
Dans Job 10:8–12, les pensées angoissantes de Job se reflètent, et sa question douloureuse sur pourquoi les gens souffrent quand il y a un bon Dieu nous touche aussi. Cependant, ô Seigneur, nous nous souvenons de ta réponse sortie de la tempête, comme en Job 38:1–3. Tu nous montres qu’il y a des choses au-delà de notre compréhension et que ton amour et ta sagesse surpassent notre dilemme.
Dans cette certitude, nous venons devant Toi et demandons la sagesse alors que nous luttons avec les questions de la souffrance et de la foi en un Dieu aimant. Puissions-nous avoir confiance que ton amour et ta sagesse peuvent briller au cœur du dilemme. Que notre foi soit renforcée alors que nous nous ancrerons dans ta grandeur insondable. En ton saint nom, nous prions. Amen.

Visited 5 times, 1 visit(s) today