5 minutes 1 mois
Le Sabbat, le sceau de la loi de Dieu | 14.06.2024
Restauration du vrai Sabbat : Le sceau de la loi de Dieu
Introduction : Dans cette section, l’importance du Sabbat en tant que sceau de la loi de Dieu est soulignée. Le Seigneur commande à travers le prophète Ésaïe de sceller la loi parmi ses disciples. Le quatrième commandement est le seul des Dix Commandements qui mentionne le nom et le titre du Législateur, affirmant ainsi son autorité en tant que Créateur des cieux et de la terre. Avec la modification du Sabbat par le pouvoir papal, ce sceau a été retiré, et les disciples de Jésus sont appelés à le rétablir. Les prophéties d’Ésaïe parlent directement de cette nécessité de rétablir l’institution divine du Sabbat. L’observance du vrai Sabbat est un signe de révérence et d’obéissance envers l’autorité de Dieu.

“Enveloppe cet oracle, scelle cette révélation parmi mes disciples.” Ésaïe 8:16

Le Seigneur commande par ce même prophète : « Enveloppe cet oracle, scelle cette révélation parmi mes disciples » (Ésaïe 8:16). Le sceau de la loi de Dieu se trouve dans le quatrième commandement. Parmi tous les Dix Commandements, seul celui-ci mentionne le nom et le titre du Législateur. Ce commandement déclare qu’Il est le Créateur des cieux et de la terre et qu’en vertu de ce fait, Il a le droit au respect et à l’adoration au-dessus de tous les autres dieux. À part ce commandement, il n’y en a aucun autre dans le Décalogue qui indique par quelle autorité la loi a été donnée. Lorsque le Sabbat a été changé par le pouvoir papal, ce sceau a été retiré de la loi. Les disciples de Jésus sont appelés à le rétablir en élevant le vrai Sabbat à sa position légitime, comme mémorial du Créateur et signe de son autorité.
« À la loi et au témoignage ! » Lorsque des doctrines et théories contradictoires abondent, la loi de Dieu est la seule règle infaillible par laquelle les opinions, doctrines et théories doivent être testées. Le prophète dit : « Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore pour ce peuple » (Ésaïe 8:20).
De plus, le commandement est donné : « Crie à plein gosier, ne te retiens pas ! Élève ta voix comme une trompette et annonce à mon peuple ses iniquités, à la maison de Jacob ses péchés ! » Ce ne sont pas le monde pécheur, mais ceux que le Seigneur appelle « mon peuple » qui doivent être réprimandés pour leurs iniquités. Il déclare : « Tous les jours ils me cherchent, ils veulent connaître mes voies, comme une nation qui aurait pratiqué la justice et n’aurait pas abandonné la loi de son Dieu » (Ésaïe 58:1,2). […]
Le prophète se réfère au commandement rejeté de la manière suivante : « Les tiens rebâtiront sur d’anciennes ruines ; tu relèveras des fondations antiques ; on t’appellera réparateur des brèches, celui qui restaure les chemins, qui rend le pays habitable. Si tu retiens ton pied pendant le Sabbat, pour ne pas faire ta volonté en mon saint jour ; si tu fais du Sabbat tes délices pour sanctifier l’Éternel en le glorifiant, et si tu l’honores en ne suivant point tes voies, en ne te livrant pas à tes penchants et à de vaines paroles, alors tu trouveras tes délices en l’Éternel » (Ésaïe 58:12-14). Cette prophétie s’applique également à notre époque. La brèche a été faite dans la loi de Dieu lorsque le Sabbat a été changé par le pouvoir de Rome. Mais le moment est venu de rétablir cette institution divine. La brèche doit être réparée et l’ancien fondement relevé.
Ellen White, La Tragédie des Siècles, pp. 452-453

Visited 19 times, 1 visit(s) today