5 minutes 3 semaines
La prière et la renaissance de l’Église | 31.05.2024
La nécessité urgente de la vraie piété : Réveil par la prière et la dévotion
Introduction : Le plus grand et le plus urgent de tous nos besoins est la renaissance de la vraie piété parmi nous. Notre objectif principal devrait être de rechercher ce réveil, car ce n’est qu’à travers des efforts persistants et des prières ferventes que nous pouvons recevoir la bénédiction du Seigneur. Bien que Dieu soit prêt à nous accorder son Saint-Esprit, nous devons remplir les conditions pour recevoir cette bénédiction – par la confession de nos péchés, l’humilité, la repentance et la prière incessante. Un véritable réveil spirituel ne peut être attendu qu’en réponse à notre prière sincère.

“Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance.” Actes 4:31

Le plus grand et le plus urgent de tous nos besoins est la renaissance de la vraie piété parmi nous. La recherche de ce réveil devrait être notre tâche principale. Un effort persistant est nécessaire pour recevoir la bénédiction du Seigneur, non pas parce que Dieu n’est pas prêt à déverser sa bénédiction sur nous, mais parce que nous ne sommes pas prêts à la recevoir. Notre Père céleste désire nous donner son Saint-Esprit bien plus que les parents terrestres ne désirent donner de bonnes choses à leurs enfants. Néanmoins, c’est notre devoir de remplir les conditions par lesquelles Dieu a promis de nous accorder sa bénédiction – la confession des péchés, l’humilité, la repentance et la prière fervente. Un réveil spirituel ne peut être attendu qu’en réponse à la prière. Tant qu’ils ne possèdent pas le Saint-Esprit de Dieu, les hommes ne peuvent apprécier la prédication de la parole, mais lorsque la puissance de l’Esprit touche leurs cœurs, les discours ne seront pas sans effet. Sous la direction des enseignements de la parole de Dieu, par la manifestation de son Esprit et l’exercice d’une sagesse saine, ceux qui assistent à nos assemblées acquerront des expériences précieuses et, en retournant chez eux, seront prêts à exercer une influence salutaire.
Les anciens porte-drapeaux savaient ce que signifiait lutter avec Dieu dans la prière et se réjouir de l’effusion de son Esprit. Mais ils quittent la scène de l’action ; et qui prendra leur place ? Qu’en est-il de la génération montante ? Ses membres sont-ils convertis ? Reconnaissons-nous l’œuvre qui se déroule dans le sanctuaire céleste ou attendons-nous qu’une puissance contraignante vienne sur l’Église avant de nous réveiller ? Espérons-nous voir toute l’Église revivre ? Ce temps ne viendra jamais.
Dans l’Église, il y a des personnes non converties qui ne s’uniront pas à la prière fervente et victorieuse. Chacun de nous doit commencer le travail personnellement. Prions davantage et parlons moins. L’injustice prévaut, et les gens doivent apprendre à ne pas se contenter d’une simple forme de piété, sans esprit ni puissance. Si nous nous concentrons sur l’examen de notre propre cœur, si nous nous détournons du péché et corrigeons nos mauvaises inclinations, nos âmes ne seront pas emportées par la vanité. Alors nous n’aurons pas confiance en nous-mêmes et nous ressentirons constamment que notre succès vient de Dieu. […] Le grand séducteur a préparé ses ruses pour chaque âme qui n’est pas fortifiée pour l’épreuve et vigilante par une prière continue et une foi vivante.
Ellen White, Pour l’Église, Volume 1, pp. 121-123

Visited 10 times, 1 visit(s) today