5 minutes 1 mois

Dans cette vidéo, le pasteur Ted Wilson parle de la quatrième bénédiction que Jésus mentionne dans le sermon sur la montagne.
Avez-vous déjà eu vraiment faim ou soif ? Vous avez ressenti une douleur lancinante dans votre estomac et un désir croissant de manger. Ou peut-être avez-vous fait l’expérience du pouvoir de la soif : lorsque, chaud et assoiffé, vous avez eu envie d’un verre d’eau fraîche, mais qu’il n’y en avait pas. Puis, enfin, le soulagement est venu lorsque vous avez pu boire un peu d’eau ou manger un peu de nourriture.
Dans la quatrième béatitude, Jésus nous dit : « Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! » (Matthieu 5.6). Il ne s’agit pas de nourriture et de boisson physiques, mais d’une nourriture spirituelle encore plus importante. Il s’agit d’un désir de justice.
Mais qu’est-ce que la droiture ?
« Être juste, c’est être saint, c’est ressembler à Dieu, et Dieu est amour », écrit Ellen White dans « Heureux ceux qui ». C’est la conformité à la loi de Dieu, « car tous [ses] commandements sont justes » (Psaume 119.172) et « l’amour est donc l’accomplissement de la loi » (Romains 13.10).
La justice est amour et l’amour est la lumière et la vie de Dieu. Cet amour s’incarne dans le Christ, de sorte que nous recevons la justice en recevant le Christ. Cette justice n’est pas quelque chose que nous pouvons gagner ! C’est un don gratuit de Dieu.
« Elle [la justice] ne s’obtient ni par des luttes douloureuses, ni par un labeur épuisant, ni par des dons ou des sacrifices », écrit Ellen White, « elle est donnée gratuitement à toute âme qui a faim et soif de la recevoir ».
On dit qu’il existe dans chaque être humain un « vide en forme de Dieu », une place dans notre cœur que seul Dieu peut remplir. Ecclésiaste 3.11 affirme que Dieu a « mis dans [notre] cœur la pensée de l’éternité ».
Bien que beaucoup de personnes tentent de combler ce vide avec d’autres choses (la philosophie, le matérialisme, le sécularisme et plus encore), rien d’autre que Dieu lui-même ne peut vraiment satisfaire la faim et la soif de l’âme. Aujourd’hui, Jésus nous dit : « C’est moi qui suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim et celui qui croit en moi n’aura jamais soif » (Jean 6.35).
De même que nous avons besoin de nourriture pour entretenir nos forces physiques, nous avons besoin du Christ, le Pain céleste, pour entretenir notre vie spirituelle et nous donner la force de le suivre là où il nous conduit.
« Un élément divin s’unit à l’homme lorsqu’il cherche Dieu », écrit Ellen White. « Si votre âme ressent son dénuement, si elle a faim et soif de justice, cela prouve que Jésus fait son œuvre dans votre cœur pour vous amener, grâce au Saint-Esprit, à chercher en lui ce que vous ne pouvez vous procurer par vous-mêmes ».
Puis vient cette magnifique promesse : « Les paroles de Dieu sont des sources de vie. Tandis que, sous la direction du Saint-Esprit, vous sonderez ces sources, vous entrerez en communion avec le Sauveur. Des vérités familières se présenteront à votre esprit sous un aspect nouveau ; des versets des saintes Écritures vous apparaîtront, comme dans un éclair, pleins de pensées nouvelles. Vous saurez le rapport qui existe entre la doctrine de la rédemption et d’autres vérités, vous saurez que Jésus vous conduit, qu’un Maître divin est à votre côté ».
« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! » (Matthieu 5.6) est une précieuse promesse que nous pouvons revendiquer aujourd’hui.
Pour en découvrir plus, on vous invite à lire le livre d’Ellen White « Heureux ceux qui », ou à le télécharger sur le site https://egwwritings.org/

Visited 5 times, 1 visit(s) today