6 minutes 2 mois

Dans cette vidéo, le pasteur Ted Wilson aborde le sujet des deux premières bénédictions citées de Jésus dans son sermon sur la montagne.
« À la vue de ces foules, Jésus monta sur la montagne. Il s’assit et ses disciples s’approchèrent de lui. Puis il prit la parole pour les enseigner ; il dit : Heureux ceux qui reconnaissent leur pauvreté spirituelle, car le royaume des cieux leur appartient ! Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ! » (Matthieu 5.1-4).
Comment peut-on être béni si l’on « reconnaît sa pauvreté spirituelle » ou si l’on « pleure » ?
Dans le livre « Heureux ceux qui », Ellen White nous donne cet aperçu : « Celui qui s’estime saint, juste et bon, qui est satisfait de soi, ne cherche pas à bénéficier de la grâce et de la justice du Christ. L’orgueil ferme le cœur à la douce influence du Sauveur et aux bénédictions qui découlent de sa présence. Il n’y a pas de place pour Jésus dans de telles âmes. […] Ils se croient pourvus et s’en vont à vide, tandis que ceux qui sentent leur incapacité de faire leur salut ou d’accomplir par eux-mêmes une bonne action apprécieront l’aide que Jésus leur apporte. Ce sont là les pauvres en esprit, ceux auxquels précisément le bonheur est promis. […] Pour pardonner à l’homme, Jésus lui inspire le repentir ; le Saint-Esprit le rend conscient de ses fautes ».
Ainsi, lorsque Jésus fait référence à ceux qui « reconnaissent leur pauvreté spirituelle », il parle de ceux qui ressentent un besoin de lui, de ceux qui réalisent qu’il n’y a rien de bon en eux. C’est un contraste frappant avec les personnes décrites dans le livre de l’Apocalypse, qui disent : « Je suis riche, je me suis enrichi et je n’ai besoin de rien », mais ne savent pas qu’elles sont en réalité « malheureuses, misérables, pauvres, aveugles et nues » (voir Apocalypse 3.17).
Quel est le conseil de Jésus à ces personnes égocentriques et autosuffisantes ? « Je te conseille donc d’acheter chez moi de l’or purifié par le feu afin que tu deviennes vraiment riche, des vêtements blancs afin que tu sois habillé et qu’on ne voie plus la honte de ta nudité, ainsi qu’un remède à appliquer sur tes yeux afin que tu voies » (Apocalypse 3.18).
Voici pourquoi « ceux qui reconnaissent leur pauvreté spirituelle » sont bénis. Car lorsque nous réalisons notre besoin de Dieu, que nous lui confessons ce besoin, alors il est capable de déverser ses bénédictions sur nous et le royaume des cieux sera nôtre.
Et qu’en est-il de « ceux qui pleurent » ?
Dans « Heureux ceux qui », Ellen White nous dit que « L’affliction dont il s’agit ici est celle que cause le sentiment intime du péché. […] En contemplant Jésus sur la croix, on saisit mieux la corruption et la culpabilité de l’homme. C’est le péché qui a frappé et cloué au bois le Seigneur de gloire. Le pécheur reconnaît que, malgré la tendresse inconcevable dont il n’a cessé d’être entouré, sa vie entière a été faite d’ingratitude et de révoltes. […] Il a personnellement crucifié à nouveau le Fils de Dieu dont un sombre abîme le sépare, et, le cœur meurtri, il gémit et se lamente. Voilà l’affligé qui sera consolé ».
Dieu nous révèle notre culpabilité pour que nous fuyions vers le Christ, que nous lui confessions nos péchés et que nous laissions nos fardeaux au pied de la croix. Ceux qui le font seront certainement réconfortés.
« A tous ceux qui sont frappés, Jésus offre la guérison », écrit Ellen White. « Une vie de douleur et de souffrance peut être illuminée par les précieuses manifestations de sa présence. Dieu ne veut pas que nous nous laissions terrasser par une douleur muette qui nous brise le cœur. Il désire au contraire que nous dirigions nos regards en haut, et contemplions sa personne adorable. Que d’affligés dont les yeux, si aveuglés par les larmes, ne voient pas le Sauveur, pourtant tout près d’eux ! Il serait si heureux de prendre notre main dans la sienne, si nous voulions nous tourner vers lui dans la simplicité de notre foi, et nous laisser conduire ! Son cœur est sensible à nos chagrins, à nos douleurs, à nos épreuves. […] Si notre cœur est uni au sien et médite sur sa grande bonté, il élèvera notre âme au-dessus des tristesses quotidiennes et la fera demeurer dans le domaine de la paix ».
Pour en savoir plus sur ce sujet, nous vous invitons à lire le livre d’Ellen White « Heureux ceux qui », visitant le site https://egwwritings.org/.

Visited 5 times, 1 visit(s) today