5 minutes 1 mois
Quantité double de manne | 23.06.2024
La sainteté du sabbat : un commandement de Dieu de génération en génération
Introduction : L’observance du sabbat comme jour saint de repos est un commandement central de Dieu, valable non seulement pour les Israélites dans le désert, mais pour toutes les générations de croyants. Dans la Bible, nous trouvons des preuves que le sabbat était connu et respecté avant la promulgation de la loi au Sinaï. Chaque semaine, les Israélites ont été témoins de trois miracles qui leur ont clairement montré la sainteté du sabbat : une double portion de manne le sixième jour, aucune manne le septième jour, et la conservation de la manne pour le sabbat. Cette série de miracles était un rappel constant de l’importance particulière du sabbat. Les chrétiens sont appelés à observer le sabbat avec la même diligence et à s’y préparer. Cette tradition recèle une signification spirituelle profonde, toujours pertinente aujourd’hui.

“Le sixième jour, ils recueillirent du pain en quantité double, soit deux gomer pour chacun. Et tous les chefs de la communauté vinrent le rapporter à Moïse.” Exode 16:22

Le sixième jour, le peuple recueillit deux gomer par personne. Les chefs se hâtèrent d’informer Moïse de ce qui s’était passé. Sa réponse fut : « Le Seigneur l’a ordonné ainsi. Demain est le jour de repos, le sabbat consacré au Seigneur. […]
Dieu demande que son jour saint soit observé aujourd’hui avec la même sainteté qu’au temps du peuple d’Israël. Le commandement donné aux Juifs doit être considéré par tous les chrétiens comme un commandement de Jéhovah à leur égard. Le jour précédant le sabbat doit être un jour de préparation, où tout doit être prêt pour les heures saintes. En aucune circonstance nous ne devons permettre à nos tâches de voler du temps sacré. Dieu a ordonné que les malades et les souffrants soient soignés ; le travail nécessaire pour leur apporter du soulagement est un acte de miséricorde et non une violation du sabbat ; mais tout travail inutile doit être évité. Beaucoup laissent de petites tâches en suspens jusqu’au début du sabbat, alors qu’elles auraient dû être faites le jour de préparation. Cela ne devrait pas être le cas. Le travail négligé jusqu’au début du sabbat doit rester en suspens jusqu’à la fin de celui-ci. Cette procédure peut aider la mémoire des négligents et les rappeler à accomplir leurs tâches pendant les six jours de travail.
Chaque semaine, au cours de leur longue traversée du désert, les Israélites furent témoins d’un triple miracle destiné à attirer leur attention sur la sainteté du sabbat : le sixième jour tombait une quantité double de manne, mais le septième jour il n’en tombait pas, et la portion nécessaire pour le jour du sabbat restait fraîche et pure, alors qu’à d’autres moments, si elle avait été conservée d’un jour à l’autre, elle serait devenue immangeable.
Les circonstances entourant la chute de la manne sont une preuve concluante que le sabbat n’a pas été introduit seulement lors de la promulgation de la loi au Sinaï, comme beaucoup le prétendent. Avant même d’arriver au Sinaï, les Israélites comprenaient que l’observance du sabbat leur était obligatoire. Forcés chaque vendredi de recueillir une double portion de manne en préparation du sabbat, où il n’en tomberait pas du tout, ils étaient constamment conscients de la nature sacrée de ce jour de repos. Et lorsque certains du peuple sortirent le jour du sabbat pour recueillir de la manne, le Seigneur demanda : « Jusqu’à quand refuserez-vous de garder mes commandements et mes lois ? » (Exode 16:28).
Ellen White, Patriarches et Prophètes, p. 295-297

Visited 5 times, 1 visit(s) today